Vous êtes le 261353 ème visiteurs

NOUVEAU LIVRE !

ÂPRE EST LE MARATHON,
SATIRE DE PARTOUT

 

COURIR À PERDRE LA RAISON

 

ULTRA RUNNING MAN
 

 

LES ETATS D'AME D'UN COUREUR POETE

 

LA RAGE DE COURIR
 

Bienvenue sur le site officiel de Christian Fatton!

Vous êtes sur le site d’un coureur passionné de course à pied d’ultra qui se plaît d’essayer de repousser ses limites.

L’amitié trouvée en course et de nouveaux défis sportifs sont mes moteurs. J’ai la chance de pouvoir compter sur de nombreux amis, mes enfants, ma famille ou ma femme pour me ravitailler lors de ces grosses compétitions. Merci sincèrement, je leur dois la plupart de mes meilleurs résultats lorsqu’une assistance est autorisée.

Je vous laisse aussi découvrir mes poèmes dont les idées me sont venues souvent en courant. Au travers des menus, vous apprendrez ainsi à me connaître un peu mieux et vous invite à me contacter.

Dans la mesure de mes moyens, j’essaierai de répondre à vos attentes.La course à pied, malgré mon esprit compétitif, est pour moi un espace de rencontre et de partage amical. C’est pour moi souvent un lieu festif plein de joies diverses.

Je vous souhaite de bons moments sur mon site, mais n’oubliez pas l’heure de votre entraînement!

Dernières News :


6 h et 12 h de Jegenstorf/BE/Suisse, le 14 janvier 23

STARTSCHUSS RUN 3h│6h │12h #2023, 14.01.2023 : : my.race|result (raceresult.com)

Jegenstorf, 6 h pour Julia qui termine avec 65.531 km 2e femme derrière Alexandra Mutter 66.051 kms , Julia 4 e au scratch h/f, la 3e femme est Tania Volm avec 61.679 kms..Chez les hommes, victoire de Pascal Rüeger avec 74.987 km devant Ray Qi avec 73.577 et  3e avec 65.013 Michael Misteli. 

Sur les 12 h, victoire de Nima Javaheri avec 120.708, ma 2e place qui m’a fait très plaisir avec mes 106.749 kms , devant Harry Mischol avec 100.200 kms. 1ere femme avec Claudia Bäumeler et 102.829 kms, 2e Eleo Léonard avec 90.120 kms et 3e place pour Edda Bauer, 78 ans et 69.987 kms.

Nous avons eu énormément de chance avec la météo puisque nous n’avons eu qu’un peu de pluie à mi course durant 2 h environ. Un peu de vent mais pas encore trop fort. Belle organisation, belle ambiance,. Pour ma part, un baquet d’eau m’a permis de refroidir mon pied g quand ça commençait à trop faire mal, quand ça chauffait trop mais je préfère m’arrêter régulièrement pour éviter de courir dans la douleur. Il n’y a que durant la dernière heure que j’arrive à passer sans refroidissement, sans trempage pour m’approcher au maximum des 108 kms, synonyme de 9 km/h de moyenne. C’est durant les 2 dernières heures que je faiblis un peu trop, ce qui m’empêche d’avoir cette marque à laquelle j’ai pu croire longtemps. Mais je n’arrivais plus à manger, un bouillon a failli me faire vomir, donc je n’avançais plus qu’au sirop salé faiblement. Au final, très content de ma perf’ qui démontre que je reviens vers de meilleures performances. Et comme Julia, 1er de ma catégorie.

 

News postée le : 15.01.2023

Dernière course de 2022, 12 h Barcelone, Hard 6 hour (Zunzgenberg-CH)

Après un décevant résultat lors des 12 h de Barcelone, avec 92,446 km, où j'ai perdu beaucoup de temps à changer de chaussures, de semelles, de croiser les semelles etc... voire de faire des modifications au support plantaire scotché sous certaines semelles, il était clair pour moi qu'en course, ce n'est vraiment pas le moment de faire de pareils essais.

Toutefois, si je procède de la sorte, c'est que quelque chose ne va pas. Quelque chose m'empêche de courir comme je le voudrais. Mon pied gauche opéré le 31 mai, me fait mal au niveau de la cicatrice, qui devient très dure et qui me fait une pression lors de chaque appui, à chaque pas, à chaque foulée. 
J'ai fait encore plusieurs modifications sur mes semelles, pour essayer d'en avoir 2 ou 3 qui me conviennent pour courir. Et si une paire me permet plus ou moins de courir longtemps, elle me procure quand même des douleurs, ça chauffe.

La semaine de vacances entre Noël et Nouvel An, nous l'avons passée à faire des tours de rando-course. J'ai bien sûr essayé de courir avec plusieurs semelles, selon la chaussure que je mets, je fais 500 m ou 10 km.... tout dépend aussi de la dureté de la chaussure. Pour ma dernière compétition, les 6 h du Hard, en partie sur asphalte et en partie sur chemins forestiers, j'ai opté pour une chaussure de trail testée durant ces vacances. Le jour avant la course, ma femme, Julia m'a poncé ma cicatrice par une petite meuleuse pour soins plantaires. La sensation d'avoir un os à la place de la cicatrice avait presque disparu. J'étais très optimiste pour pouvoir courir sans douleurs.

Le départ de ces 6 heures a lieu à 8 h du matin, à peine le jour levé. La température est exceptionnellement élevée pour la saison. Une seule couche, assez fine comme habits longs, tout de même, mais plusieurs vont courir en short et t-shirt. Je redoute quand même l'air frais en forêt. Mais il fera jamais frais nulle part. Les 2 frères Danois, vont même courir torse nus durant quelques tours. Mon pied se comporte bien durant les 3 premiers tours, soit quasi 10 km. Puis il commence à me faire mal sous l'articulation du gros orteil, à côté du point qui me fait mal habituellement. La chaussure de trail est un peu dure au niveau de sa semelle et cela me dérange de plus en plus, jusqu'au point de devenir vraiment plus que gênant. J'ai réussi à tirer 3 tours de plus, car sur certaines portions du parcours, en forêt, je choisis les bords de chemins, plus mous et la douleur s'estompe. Mais la montée sur le chemin caillouteux, puis la descente et la remontée sur l'asphalte qui suivent, mon pied chauffe trop et ça fait clairement mal. Donc à l'attaque du 7ème tour, je m'arrête au coffre de mon auto, et je change pour une chaussure route, la Brooks Glycerin, avec une semelle plus molle. Je prends la semelle que j'avais dans mes chaussures de trail Topo. Je repars après avoir perdu 1 minute 20. J'en profite également pour reprendre une gourde pleine et 2 choses à manger. Les douleurs que j'avais sous le gros orteil disparaissent. Tout se passe assez bien après le changement. Mais les douleurs apparaissent ensuite sous les os de la voûte plantaire transversale pour les 2 tours qui vont suivre. Et surtout à l'endroit où l'appui se fait, soit où j'ai la cicatrice. Mais c'est l'os du métatarse qui me fait mal et non pas la cicatrice. J'arrive à sentir la différence. Je recroqueville un peu les orteils lors des passages de forts appuis, sur la partie asphaltée, surtout montante. Comme cela chauffe quand même un peu trop parfois, je profite de la belle flaque d'eau située en bordure de route, peu de temps avant de la quitter. Je connais cette flaque et j'en ai déjà profité lors de certaines de mes précédentes participations à d'autres courses sur le lieu du Hard. (6 h, 100 km, 51 km, 50 km).

Ce petit arrêt me prend une quinzaine de secondes mais me permet de tenir mon rythme. J'ai fait un départ assez rapide avec l'entraînement que j'ai, pour ma forme actuelle, et bien qu'en étant conscient que j'allais sûrement avoir de gros problèmes après les 3 heures de courses, j'ai continué à courir à un rythme engagé pour moi. J'ai un peu faibli au fil des heures mais j'ai toujours réussi à rester au-dessus du 10 km/h. La montée du chemin caillouteux se fait sentir dans la musculature lors de la dernière heure et demie, mais je n'ai jamais complètement flanché, changeant ma foulée de force en foulée plus courte et rapide pour maintenir le rythme. Je contrôlais chaque km à mon GPS-montre Suunto. Les kms fait en montée, plus lents, étaient compensés en temps avec ceux plus rapides, en forêt, en partie descendante, ou sur les petites portions plates ou faiblement montantes sur asphalte. Le parcours est plaisant et vu sa longueur, il est facile de se ravitailler chaque 3 tours pour moi, soit à chaque tranche de 10 km environ, sans perdre de temps, en emportant une gourde. Je bois abondamment, environ 3 à 4 dl pour la rendre plus légère et il me reste ensuite 3 dl, pour boire encore 2 fois durant l'heure. A chaque heure, je faisais le point de mon kilométrage pour voir si je maintenais mon rythme. J'ai bien sûr faibli un peu mais dans des proportions que je trouvais normales, environ de 11 km/h pour les 2 premières heures à progressivement 10 km/h pour les 3 dernières heures.

Si cela s'est relativement bien passé, cela ne signifie pas que ce sera pareil la prochaine fois. Mes 2 sorties d'entraînement n'ont rien montré de mieux depuis. C'est toujours les mêmes problèmes. Le choix des chaussures est toujours problématique et la pression, toujours un problème. Sans la flaque d'eau pour refroidir mon pied, j'aurais certainement dû multiplier les arrêts pour refroidir mon pied à l'air et cela me demande bien davantage de temps, et c'est aussi moins efficace rapidement. Mais ce résultat m'a fait quand même du bien, mon kilométrage revient dans des valeurs plus acceptables pour moi. J'ai même réussi à courir 4 h de temps devant Julia et de ne perdre qu'un km sur les 2 dernières heures, alors qu'elle finit bien plus fort que son rythme de départ. Elle gagne avec 63.78 km, et fait la 2ème perf du jour derrière le vainqueur, Ray Qi, de Paris, avec 70.3 km. Je termine 2ème homme, 3è perf du jour avec 62.66 km et le plus âgé du jour. Ce qui est réjouissant pour moi.... aussi.  Mon GPS indiquait aussi 761 m de D+, ce qui n'est pas négligeable quand même.

News postée le : 02.01.2023

2022.10.21 & 22 Backyard UTLM (Ultra Tour Lac Monteux)

Dans le Vaucluse du Sud, dans la région de Carpentras, une centaine de coureurs  étaient inscrits pour essayer de durer le plus longtemps possible. Un rappel du réglement pour les non-initiés : 

une Backyard c'est un parcours de 6706 m à parcourir en 1 heure. Et chaque heure, un nouveau départ est donné. Et cela dure aussi longtemps qu'il y a au moins 2 coureurs en course. Lorsqu'il ne reste plus qu'un coureur, celui-ci doit encore faire un tour en moins d'une heure pour être déclaré vainqueur. Tous les autres sont déclarés DNF (did not finish) Et après son dernier tour effectué seul, le coureur ne peut pas continuer seul. La course arrive alors à son terme. On ne sait jamais par avance combien de temps la course peut durer. Les meilleurs ont réalisé cette année 101 tours dans le cadre de courses "mondiales" organisés en parallèle, en même temps dans chaque pays du globe (32 nations y participaient). Les Belges Merjin Geerts et Ivo Steyaert ont réalisé 101 tours et ont décidé d'arrêter ensemble. Il n'y avait donc théoriquement aucun vainqueur. Les règles et le concept a été inventé par l'Américain Gary Cantrell, plus connu sous son pseudonyme Lazarus Lake. Règles un brin bizarre, pour ne pas dire originales, comme le concepteur.

Quoi de mieux quand on ne sait pas combien de temps, un pied (pour moi) ou une autre partie du corps se remet gentiment d'une blessure, d'une opération (pour moi) ou d'un retour à la course. S'inscrire sur une course de 50 km, de 100 km, de 200 km ? Avec la Backyard, vous êtes inscrits et vous courez autant que vous le pouvez. Tant que vous faites votre tour de 6.706 km en moins d'une heure, vous pouvez repartir pour un tour. Il y a bien des fois où vous pensez être en fin de vie, que ça sera le dernier. Qu'il faut déjà s'appliquer pour essayer de le terminer dans le temps de moins de 60 minutes afin de pouvoir le comptabliliser. Et puis vous repartez au tour suivant, qui va un peu mieux ou alors vous êtes habitués à gérer mieux le stress du temps qui devient limite pour boucler votre tour. Et ainsi, vous arrivez à en cumuler plusieurs d'affilée alors que vous croyez que vous étiez au bout de vos forces. Ou alors que vous croyiez que les douleurs étaient trop fortes et plus possible de les supporter. Mais on peut allez bien plus loin avec une mentalité de juste penser à finir le tour. Et repartir et repenser ainsi à chaque tour pour le finir. 

Pour ma part, j'ai commencé à avoir de la peine, aussi en raison de la lourdeur de la météo, il faisait très chaud et humide, dès la 6ème boucle. J'en voulais au moins 7 pour avoir une marque kilométrique dans mon compteur DUV (site de Deutsche Ultramarathon Vereinigung, qui comptablilise les courses de plus de 45 km) Puis je me suis dit, d'en faire au moins un chiffre de 10 boucles, un chiffre rond. Mais ça fait 67 km, ce n'est pas très rond. Donc pour avoir au moins 80 km, puis au moins 100 km, et finalement je fais 16 boucles pour 107 km et je termine en 59 minutes, péniblement. J'aurais pu repartir mais le manque d'entraînement me procurait de grosses douleurs musculaires et tendineux. Comme j'avais déjà eu de la peine à finir ce tour, j'ai estimé qu'il était plus sage d'arrêter, je ne tenais pas à me blesser et mes chances étaient très faibles de pouvoir en rajouter un de plus.  Je n'avais pas vraiment idée de combien je pouvais espérer avant la course. Cette marque me va très bien dans la situation actuelle de reprise avec un entraînement très limité en course à pied. La semaine passée 51.2 km en 6 h, là 107 km de couru, je progresse dans la durée de pouvoir courir et c'est déjà ça. Il reste à m'améliorer en vitesse, pour autant que ça revienne en mieux. Mais chaque chose en son temps. Au début de la course, j'avais bien mal à mon pied gauche. Je m'arrêtais 2 à 3 fois par boucle. Puis de moins en moins durant les 6 premiers tours et finalement quasiment plus ou juste une fois par tour. J'ai aussi changé de semelles au début et de chaussures jsqu'à trouver ce qu'il me convenait au mieux. J'ai porté un petit sac au début avec 2 paires de semelles de rechange au cas oû. Au début, j'avais environ 10 minutes pour me reposer et tenter de dormir pour récupérer un peu et au fil des tours, le temps de repos diminue entre mon arrivée et le nouveau départ. Ce temps va ainsi être que de 3 minutes plusieurs fois. C'est court pour vite s'asseoir, souffler un peu, boire et manger ou emporter de quoi se ravitailler en avançant. Sur les 84 partants, je finis à la 31è place. 

Le site de départ/Arrivée était très fonctionnel, super pour les coureurs, accompagnateurs, avec de grandes salles pour étaler son matériel, un lit de camp, ses chaussures, ses boissons, sa nourriture, ses sacs d'habits de rechange etc...
L'équipe organisatrice était très efficace, bien organisée, bien sympathique et sans stress apparent. Au point, à recommander. Merci à Agnès, Phlippe et Stéphane et à leurs bénévoles tout aussi souriants et dévoués. Une bien belle expérience. 

News postée le : 23.10.2022

2022.10.16 Reprise de ma vie de coureur, 6h de Lyss, Courir plur Ahmedou

Reprise de ma vie de coureur... avec un 6 h sur piste, à Lyss. Course organisée par Marco Jaeggi, Courir pour Ahmedou, pour venir en aide à un jeune et qu'il puisse poursuivre ses études en Mauritanie. Julia était déjà inscrite depuis quelques temps, j'ai attendu le tout dernier moment afin d'êttre sûr de pouvoir au moins faire 45 km. 
Avec peu d'entraînement de course à pied depuis la mi-août, date à laquelle j'ai pu lâcher les cannes anglaises et mon canapé avec la jambe surélevée. D'abord de la marche et du vélo pour refaire un peu le cardio et de la course de temps en temps pour réhabituer les tendons, les articulations, les muscles, et surtout le pied avec des appuis nouveaux qui me créent toujours des douleurs. Avec 51.2 km j'ai réussi mon pari de faire plus que les 45 km minimum des règles d'ultra. Il y a 2 semaines en arrière, je peinais encore à en faire 15 en 2 heures. Je me suis inscrit à la toute dernière, car j'hésitais beaucoup. Et puis, qui n'essaie rien n'a rien. Je suis rentré dans l'ovale du stade, je suis rentré dans ma bulle, aussi ovale et n'ai plus trop réfléchi. De temps en temps une bulle, comme dans les BD s'échappait de mes pensées, à se dire, oui, il en bave...J'ai juste essayé d'avancer, sans trop accepter les douleurs. Quand ça faisait trop mal, je faisais une pause de 30 secondes à 1 minute, histoire de mettre le pied en l'air, d'enlever la pression et faire baisser la douleur, située sous le pied, en son centre où la cicatrice du trou fermé me crée ces douleurs, (trou formé par des staphylocoques dorés qui m'ont creusé le pied en 2 semaines environ, sur 1 cm de profond et 3x5 cm, 3 mois d'antibiotique pour en venir à bout, pansement vac durant 5 à 6 semaines) Les bords du pied sont aussi parfois brûlant de douleurs, car les appuis sont nouveaux. Il m'a fallu essayer de nouvelles chaussures, je fais encore des essais et pareil pour les semelles orthopédiques. 2 semelles quasi similaires devraient par exemple me convenir, mais une histoire de mm, fait qu'une va et l'autre pas par exemple. C'est compliqué de savoir quoi chausser. Un jour les douleurs sont fortes, un autre jour acceptables Donc mes activités sportives ne sont pas telles que je voudrais les pratiquer. Même les secousses que je ressens en faisant du vélo me font parfois de grosses douleurs. Je connais bien les endroits à éviter de ma vallée pour à présent éviter ces passages de route problématiques. J'avais 3 paires de chaussures pour la course, autant de semelles différentes et après 1 heure avec seulement 3 arrêts, les problèmes ont commencé sérieusement. La 2ème heure a été compliquée. Beaucoup de problèmes. Un peu résolu en changeant de socquettes, avec une qui ne serrait pas du tout. Une pression un poil trop fort sur le pied me procure des douleurs. Que ce soit dessous, sur les côtés ou dessus. Et ce qui va durant 1 heure de temps ne va pas forcément plus longtemps. Mon pied est actuellement un laboratoire ambulant, quand il est en mouvement. Toujours à la recherche de ce que je peux enfiler pour que ça aille au mieux possible, sans trop avoir mal.

Mais je suis de retour, je suis à nouveau Ultra-marathoniein et non plus ultra marre atone à rien pouvoir faire. La performance attendra encore pour être meilleure, si elle le redevient. Mais je me sens revivre un peu mieux. A bientôt.

News postée le : 23.10.2022

2022.07.23 à 28 Crossing Switzerland 390 km, 24'000 D+ & D-, de Vaduz à Montreux

Julia Fatton a pris la 3ème place finale des femmes sur le Crossing Switzerland de 390 km pour 24'000 m de D+ D-. Cette course suit le tracé de la Via Alpina de Vaduz à Montreux, avec quelques petites variantes pour éviter soit une réserve naturelle à Elm ou le village de Grindelwald, qui ne désire pas être traversé par ses autorités. Ou pour rejoindre un poste de ravitaillement éloigné du parcours.

Il faut préciser que le parcours n’est pas balisé par la course hormis quand le tracé sort du chemin de la Via Alpina. Sur celui-ci, il faut repérer le marquage 01 et ce n’est pas toujours bien indiqué. Les panneaux sont parfois trop rares à certains embranchements ou traversées de villages. Les erreurs de parcours vont être nombreuses. Certains se dirigent mieux que d’autres. Julia, malgré le parcours enregistré dans sa montre-gps va se perdre une multitude de fois.

Julia a été en tête dès le km 105 peu après le Col du Klausen jusqu’au km 362, à Rossinières.
Elle passe la marque des 24 h à Altdorf et dors pour la 1ere fois à Engelberg après 154 km.
Elle a l’air de bien gérer comme à son habitude et remonte continuellement au classement. Elle sera au mieux 13ème du scratch. Mais assez habituellement autour de la 20-24ème place.
Julia arrive à Marmor Bruch (Grindelwald) le mercredi à 0h51.

A cet endroit,la course est bloquée en raison d’un orage. Cependant, son avance de 1 à 4 h de temps sur certaines personnes va fondre, car derrière, certains ne sont pas bloqués ou s’en vont plus tôt que ne l’autorise la course. Finalement, on lui dit que la course va repartir à 5h, quand on la réveille à 4h34. Et elle s’entend dire qu’il y avait jusqu’à 17 personnes sous la tente du ravitaillement, alors qu’il n’en reste plus que 5 ou 6 à 5h. Et où sont-ils les autres ? Ils sont déjà partis, dès 4h30. Voilà en gros comment cet orage et la gestion de celui-ci a été géré par les responsables du poste. De manière très légère. Ses 4 h d’arrêt ne seront pas décomptés. Pour les premiers de la course qui étaient arrêté à Griesalp, il semblerait qu’ils sont repartis les uns après les autres, selon les écarts qu’ils avaient en y arrivant. Soit, de manière équitable.

Julia a quelques difficultés à pouvoir dormir lorsqu’elle souhaite se reposer. Cela va jouer clairement en sa défaveur sur la fin du parcours.

A Gstaad, elle a encore 4 h d’avance sur Fanny et 9 h sur Weronika. Elle va se perdre entre Gstaad et le Col de Jable où elle n’a plus que 2 h d’avance. Julia téléphone à l’organisation pour se retrouver et prendre le bon chemin. Elle se retrompe peu après le col et c’est moi qui suis en live qui lui téléphone pour lui dire de faire demi-tour. Mais je peux constater au téléphone qu’elle manque de lucidité et cela va se confirmer à son arrivée à l’Etivaz.
A cette dernière base de vie, où les sacs suiveurs sont à disposition, elle n’a plus que 30 minutes d’avance environ. Elle essaie de dormir 20 minutes. Sans vraiment y réussir. Elle repart juste avant l’arrivée de Fanny Jean. Qui a l’air bien plus fraîche que Julia en montant les escaliers menant au ravitaillement. Ça paraît cuit pour Julia, si elle n’arrive pas à réagir.

Julia s’accroche comme elle peut et accuse à mon étonnement que 2 km de retard au Col de Chaude, selon le live. Puis elle va avoir des hallucinations, elle me voit à plusieurs places depuis l’Alpage de Chaude, dans les pâturages, alors que je ne suis pas là. Elle voit une vipère et se couche dans l’herbe juste quelques mètres après. Trop d’hallucinations, trop de fatigue, elle peine à garder son équilibre et avance au ralenti. Les cailloux ont des visages qui lui sourient. Elle dort une heure, couchée dans l’herbe, la casquette sur les yeux.
Elle va finir les 2 km d’ascension des Rochers de Naye, assez bien. Dans le début de la descente raide et technique des Rochers de Naye, elle va se perdre et c’est à nouveau grâce à un téléphone d’amis qu’elle va retrouver le bon chemin, mais avec un dénivelé supplémentaire positif de 150 m environ, non essentiel et non désiré. Elle descend de surplus au ralenti, se fait dépasser par quelques coureurs, malgré les écarts importants. Elle redort une heure sur les hauts de Caux. Sur le live, je vois l’avance que Julia a encore sur Weronika, fondre comme beurre sur une plaque de cuisson. Julia est cuite, ses oedèmes, du bout des orteils jusqu’au milieu du ventre, ses ampoules situées au point d’appui et de relance du pied ne facilitent en rien sa progression. A 2 km de l’arrivée, 100 m avant l’entame des escaliers à la sortie de Glion, Weronika Troxler la dépasse, toute heureuse de cette aubaine. Elle est surprise en bien et c’est bien légitime. Julia arrive en 3ème position à 2 minutes de la 2ème. Mais heureuse d’être Finisheuse.

Jamais un mot de regret, jamais une plainte, jamais un juron. Il faut un sacré mental pour accepter une fin de course comme elle l’a vécu, en laissant filer la victoire qui lui semblait promise. Mais sur ces courses extrêmes, où l’on joue avec la gestion des heures de sommeil, où les erreurs de parcours sont fréquentes avec la fatigue, le manque de concentration, la perte de lucidité, les hallucinations, des black-out parfois même, à ne plus savoir ce que l’on fait et pourquoi l’on est là, tant qu’on n’a pas passé la ligne d’arrivée, rien n’est acquis.

Elle va mettre 10 h pour les derniers 14 km, sieste comprise après le Col de Chaude. Voulait-elle savourer ?

Julia ne s’est jamais plainte. Elle accusait 7 kg de plus sur la balance à la maison que son poids de départ. Presque 10 kg, une fois l’eau partie de son corps 4 jours après la fin de la course. Car en ayant aussi perdu du poids. Elle a vraiment eu un problème qu’on peine à expliquer. Ses jambes pleines d’eau, un immense œdème jusqu’au bas ventre. Des pieds d’éléphants. Elle ressemblait à un bonhomme Michelin.

Reste à savoir pourquoi exactement ? L’effort et les chocs répétés ? Le manque de sommeil, le manque d’avoir les jambes à l’horizontale ? L’excès de boissons isotoniques, riches en sels minéraux, que Julia a bu comme boisson principale tout au long de l’épreuve ? Certainement un peu de tout ça. Son problème majeur, nous semble-t’il à Julia et moi est son incapacité à vraiment dormir durant les compétitions. Ainsi, elle ne récupère jamais vraiment et n’arrive pas à retrouver la fraîcheur nécessaire pour retrouver un bon rythme. Elle a tenu 4 jours et demi environ puis s’est vraiment effondrée. Mais chapeau à son mental à toute épreuve pour tenir et finir malgré tout.

En parlant des coureurs de la région, à noter l’excellente performance du Duo Chasseral, de Yannick Chédel et de Kurt Nadler, (La Neuveville et Kerzers) qui terminent à la 13ème place du scratch. 1er des Duos.
Et aussi la très belle 24ème place de Philippe Carrard, de Tête-de-Ran, un ami qui a été au contact de Julia vers Linthal, puis depuis la descente du Hohtürli sur Kandersteg et encore ensemble vers Gstaad.

Christophe Nonorgue de Neuchâtel s’est arrêté à Altdorf.
Jean Rota, de Môtiers s’est arrêté à Lauterbrunnen.

Bravo à tous les finishers, finisheuses, aux bénévoles sympas et accueillants, aux organisateurs d'avoir mis sur pied une course compliquée à organiser. Mais une aventure à vivre absolument pour chaque ultra-traileur. J'espère le faire en 2023.
Il y aura un rapport plus complet dans Expérience, d'ici quelques jours, avec le lien ici à la fin du CR. 
A bientôt, si je ne cours pas, je suis les courses en live et me fais un plaisir de vous les raconter, si Julia participe.

 

Clt. par points crossing switzerland - crossing switzerland - LiveTrail®  : pour les classements intermédiaires par postes de contrôle et de ravitaillement.

Coureur 61 - Julia FATTON - crossing switzerland - LiveTrail®  pour consulter la progression de Julia, les classements à chaque poste, etc…

News postée le : 05.08.2022

Nouveau poème relatif à mon hospitalisation

et aussi le plaisir de relire mon International Tour de Taïwan Ultra Marathon, ou ITTU. Des souvenirs riches sur la vie trépidante de Taïwan, sur les conditions de course très difficiles et même dangereuses, sur la gentillesse et l'hospitalité des organisateurs, du peuple de Taïwan et de la famille Chen, qui a accueilli plusieurs coureurs Européens. 
Des faits de courses etc... prenez le temps de fouiller les comptes-rendus de mes courses, si vous êtes coureurs, peut-être que vous apprendrez quelque chose, mais vous sentirez d'autant plus les choses, car vous vous y croirez à mon avis, comme les non-coureurs qui se demandent souvent pourquoi et comment on fait pour supporter parfois autant de problèmes, de douleurs.
Et ce poème écrit hier, le 11 juin 22, sur l'impression que donne la prise de médicaments opiacés, très efficaces contre la douleur, mais qui sont aussi très efficace chez moi pour me faire dormir à tout oublier, jusqu'à me retrouver dans des positions incontrôlées et peut-être inadéquates pour rester en vie. Mais rassurez-vous, un poème est aussi fait par quelques rimes pour un peu exagérer quelques situations. Mais il reflète bien ce que je ressens avec mes médocs de mon aimée Doc. Toujours un peu d'holorimes chez moi, mon style, mais celui-ci n'en regorge que peu et est très compréhensible... n'ayez pas peur des poèmes. Lisez-les 2 ou 3 fois parfois tranquillement pour saisir parfois ce qui ne vous semble pas explicite en première lecture. J'en fais de même avec des auteurs ayant fait leur preuve, semble t'il, mais qui ne sont pas toujours non-plus très clairs... et aisé à saisir tous le ou les sens possibles.

News postée le : 12.06.2022

2022.06.04 Berne, os tôt ou hosto ?

Moins de 2 m carré à disposition, une mezzanine m’est à disposition. Je vois le sommet d’un tilleul chargé de fruits à quelques 5 m. Les tisanes ne vont pas manquer pour qui les ramasseras, ces fruits. Je côtoie presque les hirondelles et autres oiseaux qui font encore de rares apparitions mais qui voltigeaient à l’effleurer au lever du jour. Le soleil tape, presque plus d’oiseaux en vue. Mais de drôles d’oiseaux courent ici et là et je les suis. Sur les routes d’Ardèche et sur les sentiers du Val-de-Travers. Tel un magicien, je suis tantôt en Ardèche tantôt dans ma vallée au Swiss Canyon Trail. Je voyage sur le dos d’une souris bien compatissante. Un clic et je vois ma femme remonter au classement des 222 km de l’ultr’Ardèche. Un Clic et je suis avec mon fils Grégoire et je l’encourage à fond par ondes positives. Vu que ça fonctionne avec Julia, ça doit aussi fonctionner pour lui. Parfois, je jette un coup d’œil à l’avancée d’autres amis-amies. Ils ont l’air de bien s’en sortir au Swiss Canyon. En Ardèche, le live fait des sauts de puce, j’imagine que la connexion satellite se cache parfois au fond d’une gorge ou reste crochée aux arbres chargés de soleil.
Je dois faire attention à ne pas trop tirer sur les tuyaux reliés à ma main gauche, pas trop sur celui de la jambe gauche. Du liquide arrive dans mon poignet, pour me désaltérer aux électrolytes, pour me soustraire à la réalité des douleurs et pour me garder hors de portée d’une infection que je suis en train de distancer. Ma mezzanine est occupée par ma jambe gauche, surélevée sur mon lit, mes 2 mètres carré. Mon arbre est métallique et sur 3 de ses branches, un sachet rempli de vie s’égoutte gentiment. L’infection se fait rare dans le tuyau, je la vois toujours un peu et je tiens à ce qu’elle garde ses distances. Car je suis en train de la semer. C’est une autre course, mais ma course de ces derniers jours et elle dure encore. Jusqu’à quand ? Mais une compétition qui peut être vitale. De la cheville, l’infection s’en va grâce à une pompe, lui faisant miroiter un appartement exprès pour elle, au sein d’un loft de 2 décimètres cube dans un compartiment plastique sécurisé. Et elle a l’air de vouloir y rentrer complètement.
Après 4 jours complets dans cette chambre d’hôpital, je vous rassure. L’opération pour ostéotomie à mes métatarses 2, 3 & 4 s’est bien passée. Le hic, c’est ce qui a été trouvé sous le pied. Une belle infection qui prenait place dans un trou, de plusieurs centimètres sous le pied, formé semble-t-il par les métatarses affaissés. Comment l’infection est arrivée, il y a une bonne supposition… A présent, au lieu de 48 h prévu à l’hôpital, j’en ai pour 10 jours au moins, je ne peux plus poser le pied pour que ce trou guérisse en se refermant et que les métatarses prennent leurs nouvelles places un peu plus haut à l’avant du pied. La pompe va m’accompagner plusieurs semaines, elles tirent les chairs autour du trou pour l’aider à se combler. On m’a fait comprendre d’avoir eu de la chance. Que l’infection n’ait pas eu envie d’aller se promener dans le corps par les vaisseaux sanguins. Un tendon s’est mis à guigner par le trou du pied. Alors, devant cet état des lieux, j’essaie d’être positif, j’y arrive, j’ai bien compris que j’ai eu de la chance et que cette attitude va m’aider à rester à flot. Malgré bien des complications à vivre avec cet attirail pour ces prochains temps. Mais il vaut mieux ça qu’une spatule en lieu et place du pied. J’ai peut-être un peu insisté lors de mes dernières compétitions. Je suis comme je suis depuis mes 15 ans, quand j’ai commencé à courir. On est toujours plus intelligent après un événement fâcheux qu’avant. On ne peut pas tout prévoir. Il faut accepter et aller de l’avant. J’espère pouvoir vous suivre, peut-être l’an prochain si tout va bien, de nouveau en chair et en os. On m’a dit qu’après une telle opération, c’était possible après 4.5 mois. Là, ça va rallonger à cause de ce trou à boucher. Je ne veux prendre aucun risque avant que ce soit fait. Donc, d’ici là, je risque de vous suivre avec l’aide de ma souris et de la magie d’internet. Ou alors vous suivre des yeux sur une boucle de circadie. Pour autant que mes 2 pieds touchent terre. Prenez soin de vous.

News postée le : 04.06.2022

2022.05.23 BIB Trail 52 km de Remiremont/Vosges

Dimanche, par une météo très propice à faire des efforts physiques, Julia a pris le départ de ce trail roulant tracé sur les chemins et singles des forêts avoisinantes à Remiremont. Elle a évidemment choisi la distance la plus longue, se préparant pour les 222 km de l'Ultr'Ardèche. Elle gagne la catégorie féminine dans un temps de 5h08. Pour ma part, une dégradation de mon pied gauche au niveau de l'appui m'a fait prendre la décision de ne plus courir jusqu'à nouvel avis. Un nerf probablement me complique beaucoup la vie depuis quelques jours, en plus des métatarses 2 et 3 affaissés. Là, il n'est plus question de pouvoir courir, je n'arrive même plus à marcher sans cannes anglaises. Le fait de poser le pied par terre me procure de terribles douleurs. Des examens plus poussés sont en cours et une probable décision de passer sous le bistouri se fait plus précise. Nous ne serons pas au Swiss Canyon Trail cette année, moi, j'avais opté l'Ultr'Ardèche sur route pour espérer moins souffrir qu'au Swiss Canyon de 2021, où l'inflammation m'avait déjà bien fait souffrir. Julia, elle, m'avait suivi pour l'Ultr'Ardèche voulant défendre son titre de 2019, la course ayant été annulée en 2020 et 2021 en raison du Covid. Donc, pour cette année, nous ne terrasserons pas les sentiers du Swiss Canyon, de nos foulées. A bientôt
http://christianfatton.ch/presse/_upload/2022.05.25_cvt_hebdo_julia_fatton_s_offre_5h08_d_effort_explic.pas_de_swiss_canyon_22_.pdf

News postée le : 25.05.2022

2022.05.07 Hard 50 km

Sur la montagne du Hard, au-dessus de Zunzgen BL, nous avons pris part à notre 4ème course organisée par l’ami Michaël Misteli.

Au programme du week-end, nous avons choisi la plus petite distance, car il y avait aussi un 100 km, un 12 h et un 24 h. Etant engagé depuis mercredi 11 sur les 48 h de France à Vallon-Pont-D’Arc en Ardèche, je ne voulais pas trop me fatiguer avec une longue distance et avec un rythme trop soutenu.

Je pars à une allure proche du 10 km/h, aux sensations. Nous avons 10 boucles de 5 km avec environ 70 m de D+ par tour. Au final, c’est environ 65 m par tour, puisque j’ai presque 650 m de D+ à ma montre-GPS Suunto.

Je me sens de mieux en mieux au fil des tours et me prend un peu au jeu quand même, car nous sommes un petit groupe de 4 sur les 2 premiers tours. Mon pied gauche chauffe un peu, je m’arrête une première fois après 4 km pour tremper mon pied dans un nid de poule rempli d’œuf, euh d’eau, pardon.

Les 2 tours suivants, je vais m’arrêter dans un contour, afin de ne pas me faire voir de mes poursuivants, pour rapidement mettre de la crème antifriction sortie d’un tube. Puis tous les tours jusqu’à l’avant-dernier, je vais tremper mon pied dans une grosse flaque d’eau qui longe le parcours. Cela me prend nettement moins de temps, 20 à 30 secondes. Après 25 km, j’ai assez exactement 2h20. Je suis presque étonné. Reste à tenir, même si je suis loin de mon rythme de cet hiver aux 6 h de Vesoul ou des 100 km des Mines Réjouies. La deuxième moitié, motivé à ne pas flancher question rythme va me faire courir plus vite de 5 min.30 environ, en négatif split. Mon dernier tour sera le plus rapide en 26.39, le plus lent étant le 2ème en 28.00 et tous les autres entre 26.59 et 28.00, soit une belle régularité. Ne m’étant pas baigné le pied lors du dernier tour pour gagner du temps, je ne vais plus le sentir pour les 3 derniers km, très pénible pour résister à continuer de courir jusqu’à l’arrivée. Mais en sachant très bien ce qui allait arriver à ce moment-là. Durant plus de 3 minutes, assis sur un banc vers le chronométrage, je vais avoir une sorte de débattue, soit le sang qui circule à nouveau dans l’avant du pied. Des douleurs que je ne souhaite à personne… Michaël voyant que ça ne va pas me l’arrose généreusement avec de l’eau, mais cela ne va pas faire baisser beaucoup cette souffrance. Avant, durant la course, c’est toujours une question de savoir jusqu’à quel moment je veux bien supporter. J’ai assez bien géré, c’était acceptable mais la flaque d’eau se faisait des fois bien attendre quand même, il me semblait qu’elle s’éloignait au fil des tours.
Je termine en 4h33.38, 4ème, sur 12 classés, 1er et unique M 60. Mon temps de passage aux 50 km lors des 100 km de Belvès était à quelques secondes près pareil. Sauf qu’il y avait encore 50 km à parcourir et que le pied s’enflammait toujours plus.
Julia va commencer sa course en discutant avec Gabrielle, aussi aux 24 h 2 semaines avant. Elle accélère aussi en deuxième partie de course, puisqu’à mi-course elle a environ 9 minutes de retard sur moi et à l’arrivée aussi. Son dernier tour est plus rapide que le mien de 2 minutes. Elle est première sur 3 des 4 femmes au départ, Gabrielle ayant arrêté après 25 km, en raison d’une inflammation.
Julia met 4h42.36, 5 secondes derrière le 5ème avec qui je courais au début, entre autres. Les autres qui formaient le petit groupe sont derrière aussi ou étaient partis sur le 100 km et ils vont bien caler.

Résultats : https://statistik.d-u-v.org/getresultevent.php?event=86413

News postée le : 23.05.2022

7 mai 2022, Hard 50 km, Zunzgen BL

Samedi sur la montagne du Hard, au-dessus de Zunzgen BL, nous avons couru la Hard 50 km.
Environ 70 m de dénivelé par tour de 5 km à parcourir 10 fois.
Nous partons Julia et moi assez prudemment, ne sachant pas trop où se situe notre forme après les 24 h Freelap de Couvet.
Et je pars mardi pour un 48 h en Ardèche à Vallon Pont d'Arc, départ mercredi 9 h du matin. Donc, ne pas trop se mettre dans le rouge.
Je passe à 25 km en 2h20 assez exactement, Julia suit à 9-10 minutes.
J'ai pris l'option petit tube de crème pour mon pied, et je m'arrête 2 fois au début pour pommader rapidement ma semelle
mais je perd un peu trop de temps. Donc, ensuite, je vais profiter de flaques d'eau assez profondes pour me tremper le pied gauche chaque tour.
Je ne souffre pas trop, je n'en ai pas envie, mais lors du dernier  ça va être compliqué pour tenir le coup jusqu'à l'arrivée, car je saute le trempage des pieds et les 4.5 km restants jusqu'à l'arrivée, vont être très pénible ne sentant progressivement plus l'avant de mon pied gauche.
En enlevant la chaussure à l'arrivée, plus de 3 minutes de sensation débattue intense.... Michaël, l'organisateur, me verse de l'eau sur mon pied, ça  fait du bien en diminuant la douleur mais ça reste tenace. Des spasmes nerveux vont me faire des impressions d'électrocution une dizaine de fois jusqu'au soir., ça dure 1 seconde environ mais très désagréable, incontrôlable et imprévisible.
Mais je suis content de mes 25 derniers km, fait en négative split, soit près de 6 minutes de gagnées sur les 25 premiers kms. Julia fait pareil, puisqu'elle est toujours à 9-10 minutes derrière moi

https://statistik.d-u-v.org/getresultevent.php?event=86413

Il y avait aussi d'autres courses organisées, 100 km, 12 h, 24 h, mais trop peu de monde. Si on cherche une perf', ce n'est pas un parcours idéal, trop difficile par contre c'est très plaisant pour courir et faire une bonne séance au seuil, comme course de préparation pour d'autres objectifs. Super ambiance, on a ensuite un peu traîné à l'arrivée à prendre du bon temps.Très bonne organisation, professionnelle avec puces électroniques, temps à chaque tour consultable après coup etc... A recommander et faire connaître.

News postée le : 10.05.2022

23 et 24 avril 2022, 24 h Freelap, EspaceVal Couvet

Mes 24 h Freelap, en tant que coureur. (version organisateur, voir FB)

Après les 100 km de Belvès où mon pied a été très enflammé, j'avais de la peine à randonner durant nos jours de vacances en Périgord Noir.

Je ne pensais vraiment pas courir encore le jeudi matin, 2 jours avant le départ des 24 h. Puis je me suis dit j’essaye de faire au moins 45 kms pour mes statistiques DUV pour me rapprocher des 42’000 kms, mon but à atteindre en km de compétition, avec la statistique du DUV comme référence. Alors, en course j’ai beaucoup réfléchi au début car j’en bavais pas mal. Soit j’accepte et je peux encore faire des ultras ou alors je peux dire adieu aux 42’000 km.

J’ai vu qu’avec l’eau ça n’irait pas cette fois pour refroidir mon pied car ça m’irritait trop et j'avais peur d'attraper des ampoules. On m'a conseillé de faire une pédicure, ce que j'ai fait après Belvès, mais la peau toute fine en lieu et place de ma corne plantaire a à mon avis encore accentué le mal de l'inflammation, car la peau fine ne protège pas les métatarses qui sont affaissés… donc j’ai pensé qu’avec de la graisse, comme en mécanique, ça refroidirait ma mécanique douloureuse qui s’échauffe trop… j’ai pas pensé qu’il faudrait autant de graisse et j’ai vite réalisé qu’avec mes tubes à moitié vides j’irais pas au bout des 24 h de course.

J’ai alors demandé à l'amie de mon fils aîné, bénévole pour la course, d’aller m’acheter 500 g de graisse à traire. Je pensais que c’était bon marché. 4 pots pour 600 g au total coûte 30.- dans un commerce réputé bon marché. J’ai presque tout utilisé. Chaque demi-heure environ, je tartinais ma semelle et spécialement la pelote plantaire. Je ne regrette pas cet achat ni les 30.- mais pour les prochains ultras il me faudrait quand même trouvé une crème ou graisse meilleur marché.

Comme quoi des solutions existent pour des problèmes qu’on croit insolubles. Je ne pensais pas que ce tartinage de semelle durerait si peu longtemps, environ 30 minutes sans douleurs à faible allure et encore moins longtemps à la fin où je recours à plus de 9 voir 10 km/h. Des fois j’ai couru 40 minutes pour économiser du temps sur les arrêts mais ça m’en coûtait 2 fois plus arrêté car la douleur au pied devenait si forte en enlevant la chaussure qu’il me fallait déjà attendre que le pic de la douleur passe pour commencer à tartiner la pelote plantaire et la partie avant de la semelle. Certaines fois, j’avais vraiment de la peine à finir un tour si je me disais ça peut encore aller. Car la douleur montait en flèche s’il n’y avait plus de graisse à traire.

C’est là que j’ai vu que j’atteindrais pas mon objectif de 211 km
211 km pour un record de Suisse de ma catégorie. Malgré que je courais entre 9.5 et 9.7 km/h, avec les arrêts à répétition ça me faisait a peine du 9.1 de moyenne.
Donc réfléchir au sens de continuer ou non lors des premières heures.
Après 6 h j’avais 54 kms et quelques poussières.
Donc j’ai pensé faire au moins 100 kms, que je pensais atteindre en 11 h environ et après au moins 12 h et si possible près de 108 km, quand j’ai commencé à ralentir.

Mais les 100 km m’ont pris 12:21., aux 12 h, j'avais dans les 98 km. Pourquoi si peu ? Pourquoi une telle baisse de rythme ?

Malgré la graisse sur ma semelle gauche, je boitais quand même pas mal car une gêne était omni-présente. Supportable mais quand même... Et si la graisse diminuait beaucoup l’échauffement et donc la douleur, le fait de boiter m’a donné une tendinite toujours plus forte au tendon d’Achille et j’avais aussi très mal à l’adducteur gauche, ou en tout cas au pli de l’aine à l’intérieur.Mon cerveau tournait bien plus vite que moi sur le stade, lui il a dû faire dans les 350 km, le double des jambes.
Je cherchais une solution car ça devenait vraiment gênant et très désagréable voire douloureux.

Une talonnette était la solution mais j’en avais pas prévu. Couper une semelle de rechange, oui mais pas une semelle orthopédique à 400.- ou 500.- la paire. J’avais 2 autres paires de chaussures et là j’ai réalisé que j’avais des talonnettes collées dans une paire de trail. Donc je les ai décollées et mises sous le pied gauche. La tendinite va alors peu à peu disparaître et l’adducteur devenir de moins en moins douloureux.

Ça va me permettre de retrouver une allure de footing et de ne plus marcher. Ma vitesse avait chuté à moins de 5 km/h. J'étais aussi motivé à garder ma place, Roland se rapprochant à 3 km de moi à un moment donné. Je retrottine, je reprends ainsi pied dans la course et remonte au classement petit à petit grâce aussi au fait que sous la pluie abondante de la nuit, certains s’arrêtent un peu, beaucoup, passionnément, à la folie. Pendant que je tourne inlassablement, avec 5 couches d’habits dont une doudoune et une pèlerine par dessus tout pour rester au sec au moins au corps. Les manches vont un peu percé sous l’abondance de l’eau malgré une veste qui coûte un bras pour soi disant supporter 30’000 « schmerber » de colonne d'eau.

Bref je suis toujours en course motivé dorénavant à essayer de passer les 174 kms et de maintenir ma 4e place que j’ai acquis avec persévérance.

On court toujours plus vite que ce que l’on croit quand on est fatigué. Mais la lecture des chiffres ne ment pas, alors que je croyais être à plus de 8.5 km/h. c’est plus ou moins du 8 km/h. qui me fait passer les courbes du stade. Pas de danger d’être déporté à cette vitesse.
Progressivement j’accélère pour finir à 10 km/h les derniers tours et être sûr d’avoir mes 174 km.
D’accélérer jusqu’à la dernière seconde, je gagne des minutes durant la dernière heure qui me permettent de gagner 1 km et de totaliser 175 km et 40 mètres.
Pourquoi voulais-je absolument 174 kms?
Pour passer la marque de 37’800 kms, vu que j’en étais avant la course à 37’626 kms de compétition d’ultra à mon compteur DUV.
Et que j’espère arriver à 42’000 km de compétition d’ici 2-3 ans si possible. Et prendre ma retraite sportive des objectifs.

Comme quoi ce sont quand même les buts élevés qui nous tirent le plus haut, même si ces buts intermédiaires sont trop hauts, ça motive beaucoup pour essayer de s’en approcher au plus près. Idem pour le but final. J’espère arriver aux 42’000, même s’il me faudra quelques années supplémentaires.

J'ai enfin un diagnostic à mon problème, métatarsite des 2è et 3è métatarses. La voûte plantaire transversale s'affaisse avec l'âge, ai-je appris de cette spécialiste du pied et chirurgienne.

Et ceux qui ne courent pas sont aussi touchés, mais cela ne me console pas pour autant. On peut opérer, 4 mois et demi d'arrêt. Ce que j'entrevois peut-être pour cet automne. D'ci là, je vais commencer une thérapie d'Hydrotomie, soit des injections d'eau de mer. Thérapie que Corinne Gruffaz a semble-t-il essayer et qui lui a réussi. C'est encore peu connu, mais je place de l'espoir que ça aille mieux grâce à ça en redonnant peut-être un peu de volume sous le pied. Nouvelle semelle orthopédique aussi en vue une pelote et différentes couches plus ou moins dures, bien placées pour retarder au moins l'inflammation à la marche et à la course si possible. Ces jours, j'ai repris l'entraînement et je teste différentes chaussures avec différentes méthodes de refroidissement du pied durant l'entraînement. Arrêt simple, trempage dans l'eau, injection de graisse genre Nok ou d'autre sur la semelle, j'ai même essayé le savon liquide mais ce n'est pas assez écologique à mon avis et pas assez concluant non-plus. Et par temps de pluie, je ne veux pas que les dépôts moussent dans la nature. Bref, la graisse reste encore le plus efficace. Mais je cherche et teste.

Je compte bien pouvoir faire les compétitons auxquelles je suis déjà inscrit depuis cet hiver, pour me garantir un dossard. Et si possible sans trop souffrir. Je ne suis pas maso... même si j'essaie d'aller au bout lorsque je décide de prendre le départ. C'est au moins la satisfaction que j'ai eu aux 24 h Freelap, vu que je suis resté sur le circuit sans arrêt, les seules pauses et aussi courtes que possible mais aussi longues que nécessaires ont été la seule raison de ne pas me voir avancer, aussi bien ou aussi mal que possible. C'était clairement une victoire sur moi-même. J'avais une conférence de prévue une semaine plus tard à Couvet, invité par le Cinéma du lieu durant laquelle j'avais prévu de parler motivation et volonté, buts à définir pour rester en course quand ça ne va pas comme on le voudrait. Donc, je ne pouvais tout simplement pas me permettre d'arrêter avant la fin des 24 h. Encore une chose qui m'a poussé en avant. Et c'est justement n'importe quelle chose qu'il faut trouver pour se formater l'esprit à rester positif et trouver une satisfaction qui fait qu'on reste en course. Dans l'ultra, si on n'accepte pas un minimum de douleurs, de contrariétés, de redéfinition de son but en cours de route si ça ne fonctionne pas comme voulu, on risque de ne pas être souvent à l'arrivée.

Et là, je vous livre une de mes phrases de ma conférence : Il faut être fort pour accepter d'être faible

https://statistik.d-u-v.org/getresultevent.php?event=81614

News postée le : 10.05.2022

9 avril 2022, 100 km du Périgord Noir, Belvès

Belvès, 100 km du Périgord Noir, 9 avril 2022
Charmant village de Belvès, dont nous découvrirons le dédale des ruelles le lundi matin avant de repartir.
La course fait office de Championnat de France des 100 km. Un peloton de près de 300 coureurs attend le départ à 7 h du matin. A l’arrivée, j’aurai 100.9 km et près de 800 m de dénivelé.

Je pars sur une base de 9h25 espéré, le parcours n’étant pas tout plat et ayant un peu perdu la forme à mi-mars avec une semaine de bonne grippe.
Je me fie à ma montre mais j’ai de la peine à me régler après les 3 premiers kms, plutôt descendants.
Mon rythme varie de 15 secondes par km, sur du plat… pas très bon signe pour moi.
Mon pied gauche commence à s’échauffer dès le 15ème km. Je recroqueville les orteils pour libérer un peu la voûte plantaire qui chauffe trop. Cela va être de plus en plus difficile de recroqueviller le pied et il s’enflamme toujours plus, mais je tiens ainsi jusqu’au 55ème où je dois vraiment m’arrêter à un stand et tremper mon pied dans l’eau, en fait j’asperge abondamment le pied et la semelle intérieure et je repars, environ 1 minutes de perdue. Mais quel bien énorme, ça me procure. Quelques kms fait plus ou moins normalement, et ça recommence à chauffer. Pas d’eau en vue, j’asperge avec une gourde ou alors je mets mon pied à l’air. C’est aussi assez efficace pour soulager la douleur.

Aux 50 km de ma Suunto, j’ai 4 h34, donc si je double, cela me fait un temps de 9h08, soit en doublant, cela me ferait arriver dans mes temps de février aux 100 km des Mines Réjouies, 9h08.22, sauf qu’aux 50 km, j’avais passé en 4h25.

Bref, avec les douleurs que j’ai, j’espère finir dans les 9h25 comme espéré. Sauf que sur les 45 derniers kms, je vais devoir m’arrêter une dizaine de fois, parfois déjà après 2-3 km, pour mettre mon pied à l’air ou alors mouiller abondamment ma semelle intérieure avec de l’eau. Je perds parfois une bonne minute et en plus je n’arrive plus à tenir mon rythme avec ce pied douloureux. Difficile de savoir quelle serait ma forme sans ces problèmes ? Je pense que j’aurais pu passer sous les 9h30, mais c’est de la supputation, une impression selon ma forme et le dénivelé.

Peu importe finalement, je n’ai rien lâché mentalement, mis à part ces arrêts pour refroidir mon pied le moins souvent possible mais aussi souvent que nécessaire pour pouvoir supporter la douleur, j’ai toujours avancé en y croyant pour faire le meilleur temps possible. Au 55ème km, nous nous sommes croisés avec Julia et j’avais entre 12 et 14 minutes d’avance. Elle me rattrape au ravitaillement du 90ème km et me prend 8 minutes sur les 10 derniers jusqu’à l’arrivée. C’est dire.

A l’arrivée, grosses douleurs durant 1 bonne heure, je suis un peu choqué par l’intensité, le froid de l’asphalte sous mes pieds me calme un tout petit peu, mais je vais avoir mal toute la nuit suivante, sans pouvoir fermer l’œil. Les promenades durant nos jours de vacances de la semaine qui suit vont être pénibles, je ne sais pas trop comment marcher et avec quelles chaussures, quelles semelles.
Je n’ai plus envie de souffrir pareillement en compétition, ça m’a un peu choqué et dégoûté.
Je ne comprends pas ce qu’il s’est passé à mon pied, mais il s’enflamme beaucoup trop vite, toujours davantage depuis fin février et spécialement durant cette course.

Finalement, je suis classé 3è de ma catégorie du Championnat de France, mais n’étant ni Français ni licencié en France, je suis classé 1er Open de ma catégorie. Environ 80 coureurs étaient classés dans le championnat de France, les autres en open. Julia finit 4è de sa catégorie du championnat, 1ère en open de sa catégorie. Nous gagnons chacun des produits du terroir, c’est sympa et émoustille nos papilles. Belle course, surtout la boucle initiale jusqu’à St-Cyprien et la boucle finale, qui retourne là-bas. Sinon, le bourg de Monpazier où nous tournons au 55ème km est très beau.
https://statistik.d-u-v.org/getresultevent.php?event=85632

News postée le : 10.05.2022

Voir les archives     

Dernières mises à jour :

21.08.2022:

- 2022.07.23 au 30 Crossing Switzerland, Julia au Crossing Switzerland en photos 390 km
- 2022.07.23 Crossing Switzerland, classements par points et final